Le verre dynamique

C’est un verre dont le degré de teinte s’adapte par logiciel aux besoins définis par son occupant. Chaleur et éblouissements ne sont plus insurmontables !

Les +

En réduisant la chaleur et l’éblouissement tout en laissant pénétrer la lumière naturelle dans une pièce, il procure un plus grand confort thermique et visuel, à ses occupants, et améliore leur santé et leur bien-être.

Il permet de suppléer les solutions traditionnelles telles que des stores et volets couteuses en termes de maintenance et ainsi de profiter pleinement des charmes de l’environnement extérieur. Les fenêtres retrouvent leur raison d’être.

Minimisant les pertes thermiques et donc le recours aux appareillages consommateurs d’énergie (climatisation et ventilation) il participe à la construction du bâtiment durable.

Concept technique

Il s’agit très généralement d’un double vitrage dans lequel on peut observer la structure électrochrome permettant la variation de teinte (voir schéma ci-dessus).

Cette structure se compose d’un ensemble multicouches, généralement cinq (voir schéma ci-dessus) positionné entre le verre extérieur et un verre permettant son maintien, sa protection.

Sur chacun de ces verres une couche conductrice microscopique transparente, a été apposée. Elles font office d’électrodes avec des couches intermédiaires.

Le changement contrôlé de transparence est basé sur le changement de composition de la couche électrochrome (très souvent de l’oxyde de tungstène WO3) entraînant un assombrissement / éclaircissement du film.

Ce système est commandé par un courant continu. Initialement la couche électrochrome est transparente. L’application d’une tension électrique entraîne la migration d’ions métalliques M+ (très souvent des ions lithium – Li+) vers la couche électrochrome qui change de composition et s’assombrit.

Si la tension est supprimée, le vitrage reste sombre : l’effet est rémanent. Pour revenir à l’état clair, il suffit d’appliquer une tension électrique en sens opposé : l’effet est donc rémanent mais réversible.

Avec de l’oxyde de tungstène (WO3) et du lithium les réactions qui ont lieu se résument de la façon suivante :   

(transparent) WO3 + ne- + nLi+  ↔ Lin + WO3  (coloré)